Compte rendu de la réunion « filière SPP » a la DGSCGC du 5 février 2018

Compte rendu de la réunion « filière SPP » a la DGSCGC du 5 février 2018

Présents pour l’administration : messieurs WITKOWSKI, MARQUER, BERTAU, GRAMAIZE, mesdames LARREDE et LEBOUCQ

Pour les personnels, l’ensemble des organisations syndicales,

Pour la CGT : CHAOUCH, DELAVOUX, PARRELLA

Le directeur général souligne la qualité des échanges avec les organisations syndicales lors des rencontres bilatérales et globalement du dialogue social (…).

La CGT répond que dans ce cadre, les notes de service et circulaires envoyées aux employeurs ne sont toujours pas communiquées aux interlocuteurs des organisations syndicales.

Les données déclaratives sur les viviers de 2012 et les grades pour chaque fonction occupée nous sont présentées, elles reflètent un monde que nous avons du mal à reconnaître.

Le taux de réponse au questionnaire est moins bon qu’en 2016, et nous constatons des choses inexplicables, entre 2016 et 2018 : + 5 sergents chef de salle opérationnelle, +3 sergents, chefs de bureau en CIS, +12 sergents, officiers experts et + 36 adjudants de même fonction !!!! Seulement 721 officiers de garde (si effectif supérieur à 9) en France pour 322 CSP ?

Pour l’administration seuls les viviers concernant les sous-officiers posent problème, nous en voyons d’autres des problèmes.

La CGT demande si les départs d’agents en disponibilité, en augmentation, ont contribué à diminuer les viviers.

Les mesures prises par la DGSCGC : deux questionnaires par an pour suivre l’évolution, ouverture d’un concours interne de lieutenant 2cl (recensement des besoins dans les prochains jours, ouverture au printemps, écrit au mois de décembre, résultats vers février), amélioration de la préparation aux concours pour accéder à la catégorie B, une réunion sur les clés de répartition de changement de grades, le nombre d’agents ayant demandé une disponibilité sera analysé.

Les propositions avancées sont abandonnées faute de faire consensus, il n’y aura pas de réécriture du corpus réglementaire: pas de création du grade de major, pas de prolongation de la, déjà trop longue, période transitoire, pas de maintien en 2020 des fonctions si le grade de l’agent ne correspond pas au tableau dit de concordance (décret 90-850), il faudra bien être adjudant pour exercer la fonction chef d’agrès tout engin et lieutenant pour officier de garde et chef de groupe, etc…

Le grade de lieutenant n’en sera pas plus attractif, le flux dans le cadre d’emplois de sous-officiers ne sera pas résolu, ni le stock d’agents en attente dans les viviers

En conclusion le directeur général précise qu’il n’y a pas de plan pour remplacer les sapeurs-pompiers professionnels par des sapeurs-pompiers volontaires.

Conclusion: pas de bouleversement en vue, mais les faiblesses de la filière continuent d’attiser les tensions. Aux agents qui se sentent laissés pour compte, on ne peut que répéter ce que la CGT disait en 2011-2012 :

“Cette filière ne garantit pas l’avancement des agents, il y aura de nombreux déçus, c’est pourquoi nous la combattons”

Téléchargez en PDF ICI

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *