Déclaration et compte rendu de la CNSIS du 19 novembre 2015

pompier_6042-tt-width-604-height-376-attachment_id-2488Déclaration liminaire de la CNSIS du 19 novembre 2015

 Monsieur le président, mesdames et messieurs les élu(e)s, cher(e)s collègues,

Nous serons brefs, les événements que nous venons tous de vivre, directement ou par procuration, nous rappellent que ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise.

Nous pensons aux victimes, aux blessés et à leurs proches.

Nous tenons tout de même à souligner que, les services publics et les services de l’Etat, qui constituent une réponse essentielle à toutes les catastrophes, ont encore une fois démontré leur pertinence et leur efficacité.

Les policiers, gendarmes, militaires, sapeurs-pompiers, médecins, infirmiers du SAMU ou des hôpitaux ont répondu présents sans compter leur temps, ni tenir compte du danger, nous sommes fiers de leur engagement.

Pour autant nous mettons en garde les Présidents de S.D.I.S. et les autres élus présents ici.

Jamais les citoyens de notre Nation n’ont autant eu besoin des services publics mais surtout des S.D.I.S. Les impacts des baisses de dotation  sont toxiques pour la sécurité des départements.

La présidence de la République annonce des créations de postes dans la sécurité, les SDIS sont encore une fois les laissés pour compte du dispositif.

Nous avions annoncé un appel à manifestation et grève, pour le 3 décembre prochain, pour la défense des budgets des Services Départementaux d’Incendie et de Secours et bien sûr les emplois, passage obligé pour un service de qualité, réactif, efficace et mobilisable dans la durée.

C’est à Lille que nous appelons à la mobilisation le 3 décembre 2015.

Malgré les attentats, la justesse et la remise en cause de nos revendications ne peuvent pas différé, le dialogue social.

Malgré l’état d’urgence, les baisses de dotation aux collectivités, dans le cadre du projet de loi de finances 2016, se poursuivent. (1,6 milliards il y a deux jours).

secours en montagneUn mot pour terminer sur le secours en montagne, le 10 novembre 2015, des CRS se rassemblaient à Nice pour dénoncer la participation des sapeurs-pompiers dans le dispositif de secours en montagne. Les conflits dus au partage du secours en montagne sont nombreux, allant même jusqu’à des menaces de placement en garde à vue à l’encontre de sapeurs-pompiers, nous l’avions déjà évoqué ici.

Il est grand temps de recentrer les débats sur le secours à personne dans sa globalité et de redéfinir clairement les missions de chacun. Les forces de l’ordre à l’ordre public, les acteurs de la sécurité civile au secours à personne.

N’en déplaise à certains, le cœur de métier des sapeurs-pompiers est l’urgence dont fait partie le secours à personne et a ce titre nous revendiquons notre place pleine et entière dans le secours en montagne.

Monsieur le président, mesdames et messieurs les élu(e)s, cher(e)s collègues merci de votre attention.

et a ce titre nous revendiquons notre place pleine et entière dans le secours en montagne.

Monsieur le président, mesdames et messieurs les élu(e)s, cher(e)s collègues merci de votre attention.

——————————————————————————————————————————-

Compte rendu de la CNSIS

du 19 novembre 2015

–    Avis

  1. Projet de décret modifiant la partie réglementaire du CGCT (art R. 1424-19, équipe de direction du SDIS)

Cette modification a pour objet la nomination d’un officier SPV dans les équipes supérieures de direction des SDIS en vue de promouvoir le volontariat, il aura un grade identique à celui du directeur adjoint.

Pour la CGT un officier du grade de Colonel n’apporte aucune plus-value et est contraire à  toute logique d’efficacité

Cette décision apporte moins de garantie qu’un réel statut avec un droit à la retraite et une protection sociale  pour les SPV, ou encore les reconnaître  comme des travailleurs à part entière.

Tous les syndicats sauf avenir secours ont voté contre.

  1. Textes relatifs aux infirmiers de sapeurs-pompiers professionnels

Le projet de décret est aligné sur le statut des infirmiers de la fonction publique territoriale.

Nous tenons toute fois à rappeler que si les sapeurs-pompiers gardent la catégorie active et se voient appliquer les grilles des infirmiers territoriaux, cela est fait bien tard.

Le président a rappelé que les chantiers pour les médecins et les pharmaciens étaient ouverts.

Nous avons également demandé la création d’un statut de préparateur en pharmacie car actuellement les agents n’ont pas de cadre légal quand ils exercent leur métier dans un S.D.I.S.

Adopté à l’unanimité.

  1. Sur cotisation ENSOSP

Nous avons rappelé que l’Ecole Nationale des Supérieur des Officiers de Sapeurs-Pompiers  devait faire partie intégrante du CNFPT.

–   Communications

Point sur la réforme des Emplois Supérieurs de Direction

Sur les ESD, ce projet est mené à un rythme endiablé en comparaison des dossiers comme la clause de revoyure de la filière de 2012, ou celui du congé pour raison opérationnelle, cet état de fait, ne fait qu’aggraver le fossé institutionnel entre l’encadrement et les agents de terrain.

  1.  Questions diverses

SDIS59Nous avons dénoncé la situation au SDIS du nord et les propos récurrents du président du CASDIS  ainsi que ceux du président du conseil départemental.

Encore vendredi 13 les propos de monsieur Lecerf relayé dans la presse : “ Cela fait des années que ce sont les enfants gâtés de la République, a notamment expliqué l’élu devant les maires présents. Je parle des professionnels. Je connais les salaires. Il vaut mieux être colonel des sapeurs que Préfet !

Ces propos continuent à  alimenter les tensions déjà fortes entre les hommes du feu et les politiques.

Un certain nombre de prises de parole laissent sous-entendre que le PCASDIS du 59, n’est pas à sa place, il d’ailleurs présenté sa démission depuis et été remplacé par le président du conseil départemental, mais la politique reste la même.

Le président de la C.N.S.I.S. a  répété que les S.D.I.S. n’étaient pas la variable d’ajustement des conseils départementaux, mais que la situation devait permettre un réajustement et que pour exemple sur une ville  on pouvait fermer une caserne la nuit pour plus d’efficacité….les habitants à proximité apprécieront.

 Nous avons dénoncer cet état de  fait et avons rappeler que c’est en temps de crise voir en temps de guerre que nous avons le plus besoin du service public et par conséquent de ceux qui les délivrent.

Les sapeurs pompiers doivent assurer la sécurité de tous les concitoyens, les politiques de mutualisation sont nocives à la qualité des secours.

Télécharger la déclaration CNSIS en pdf ICI

 

Télécharger le compte rendu de la CNSIS ICI

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *